Document de consensus sur la vaccination COVID-19 pour les patients atteints de lymphœdème

 – The Lymphoedema Support Network et The British Lymphology Society

La COVID-19 est une infection causée par un coronavirus respiratoire infectieux. Des vaccins sont actuellement administrés dans plusieurs pays, dont le Canada, pour aider à protéger la population de cette maladie infectieuse. Il existe présentement quatre vaccins disponibles?; aucun ne contient de forme vivante du virus, vous ne pouvez donc pas contracter la COVID-19 à partir du vaccin. Le vaccin imite certaines parties du virus, ce qui déclenche la production d’anticorps par le système immunitaire qui protègent contre la COVID-19. La dose initiale confère une certaine protection, mais la protection est meilleure après la dose de rappel, administrée ultérieurement.

Ce document de consensus vise à donner des conseils concernant la vaccination des personnes atteintes de lymphœdème, sur la base des meilleures preuves scientifiques disponibles et de l’avis d’experts en lymphœdème.

Il est important que chaque patient communique avec son médecin de famille pour que soit considérée sa propre situation médicale, car ces conseils ne s’étendent pas à d’autres problèmes médicaux dont les patients peuvent être atteints, ce qui peut influencer la pertinence de la vaccination.

En général, les personnes atteintes de lymphœdème ne sont pas considérées comme ayant un système immunitaire affaibli. Certains patients atteints de formes rares de lymphœdème héréditaire peuvent présenter un système immunitaire affaibli?; si cela est votre cas, votre équipe soignante vous en aura avisé.

  • La vaccination contre la COVID-19 est conseillée aux personnes atteintes de lymphœdème et devrait aider votre corps à produire des anticorps pour combattre le virus si vous deviez y être exposé.
  • Les patients atteints de formes de lymphœdème héréditaire associées à un système immunitaire affaibli devraient également recevoir le vaccin. Toutefois, il est possible que ces patients ne produisent pas une réponse immunitaire complète et doivent donc continuer à prendre des précautions.
  • Il est recommandé aux patients d’accepter le vaccin proposé, quel qu’il soit, à condition qu’ils n’aient aucune autre raison de ne pas le recevoir.

Le vaccin est généralement administré sous forme d’injection dans le haut du bras. Dans les zones du corps touchées par le lymphœdème, les cellules immunitaires qui combattent l’infection peuvent ne pas fonctionner optimalement. La vaccination dans ces zones peut donc entraîner une réponse immunitaire plus faible et une protection moindre contre la COVID-19. Les lésions de la peau à un membre atteint de lymphœdème peuvent également être un point d’entrée pour une infection. Voilà pourquoi il est conseillé de bien procéder aux soins de la peau et de protéger particulièrement la peau des membres présentant une enflure. Il est donc recommandé d’éviter la vaccination aux membres atteints de lymphœdème.

Les conseils suivants aideront à cibler la zone du corps la plus appropriée pour la vaccination :

  • Si votre bras est atteint de lymphœdème : les deux doses du vaccin contre la COVID-19 doivent être administrées dans le bras opposé, sain.
  • Si vous avez subi une ablation de ganglions lymphatiques à l’aisselle d’un seul bras : Les deux doses du vaccin contre la COVID-19 doivent être administrées dans le bras opposé, sain.
  • Si vos deux bras sont atteints de lymphœdème, et que vos jambes sont saines : les deux doses du vaccin contre la COVID-19 doivent être administrées dans les cuisses ou les fesses.
  • Si les deux bras et une jambe sont atteints de lymphœdème : les deux doses du vaccin contre la COVID-19 doivent être administrées dans la cuisse ou la fesse non atteinte, saine.
  • Si les deux bras et les deux jambes sont atteints de lymphœdème : les deux doses du vaccin contre la COVID-19 doivent être administrées dans le membre le moins touché par le lymphœdème.
  • Précision du National Lymphedema Network : Si vous devez subir un examen comme une mammographie dans les jours qui suivent l’injection du vaccin, vous pourriez demander une injection à la cuisse plutôt qu’au bras sain afin d’éviter toute réaction des ganglions au vaccin telle une enflure qui pourrait être détectée lors de l’examen.

Veuillez noter que les documents relatifs au vaccin contre la COVID-19 de Pfizer et de Moderna (se référer aux notes en bas de page du feuillet d’accompagnement des produits) confirment que l’injection peut être faite dans la cuisse. Les ganglions lymphatiques peuvent présenter une enflure après l’administration de tout vaccin. Cette enflure est un effet secondaire connu des vaccins contre la COVID-19 de Moderna et Pfizer. L’enflure devrait se résorber rapidement après la vaccination.

Révision : 12 février 2021

Contributeurs :

Professeur Peter Mortimer. Professeur de dermatologie et de médecine lymphovasculaire. Dr Kristiana Gordon. Consultante en dermatologie et en médecine lymphovasculaire.

Professeur Derek Macallan. Professeur de maladies infectieuses et de médecine. Professeur Sahar Mansour. Professeur de génétique clinique.

Professeur Vaughan Keeley. Professeur de médecine palliative et de lymphœdème.

Katie Riches. Infirmière de recherche en chef pour le lymphœdème, le cancer du sein et la médecine palliative.

Dr Julian Pearce. Registraire en dermatologie et chargé de recherche clinique universitaire.

Énoncé original en anglais :

https://www.lymphoedema.org/wp-content/uploads/2021/02/Consensus_Document_on_COVID_Vaccination_12feb2021.pdf

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*